Everything In Its Right Place

13 Août


J’ai toujours rêvé d’appelé l’un de mes articles comme ça. Sans doute l’ai-je déjà fait, d’ailleurs. C’est le titre parfait en fin de compte. Car, j’y suis enfin arrivée. Ce soudain mal d’oreille n’est pas la cause de cet adieu, mais c’est bien lui le déclencheur. La niaiserie a toujours été mon fort dans ce genre de situation, c’est pour ça que pour une fois, je ne vais pas culpabiliser et je vais parler guimauve, guimauve dégoulinante même. A vrai dire, ca fait trop longtemps que je n’écris plus de blog et que je ne fais que poster  une suite des titres sans cohérence. Pourtant, cela fait si longtemps maintenant…C’est comme si ton jolie bébé tout rose s’en allait faire sa vie et que toi, pauvre maman toute fripée, tu n’étais que de trop. Je crois que la passion s’en est allée, ne restant plus que l’idée de partage. Je n’ai qu’une seule envie : faire partager de la musique ni plus ni moins. Cependant, je n’en ai plus le courage même si l’envie y est toujours. Je ne vous mens pas ce blog, va horriblement me manquer(Bloggeuse for life)mais il me semble préférable d’arrêter tant qu’Axeley ressemble encore vaguement à quelque chose. Je crois avoir fait le tour de la question. Bien sur, je serais encore dans les parages via Twitter, Last.fm ou/et surtout sur Voluume bien evidemment mais également Television Rules The Nation et bien sur, sur  l’éternel Shake Their Hamac pour le plaisir des yeux. J’aurais voulu faire une playlist d’adieu avec mon best of, mais je crois que j’en suis incapable. Je n’ai donc choisi que les morceaux qui, je crois, font les meilleurs fins. Je vous exempterais des Doors, même si c’était tentant.

Alexi MurdochOrange Sky (alt)

SiaBreath Me (vidéo)

Foals Spanish Sahara (vidéo)

Sigur Rós Svefn-g-englar (vidéo)

Merci et que la Force soit avec vous.


THE END

Choses Niaises.

31 Juil

A vrai dire, mon mal d’oreille n’excuse pas tout. Certes, je ne peux plus écouter beaucoup de musique mais il me semble être capable de faire un effort, surtout pour vous chers lecteurs. J’avoue ne pas ressentir un énorme me manque car au final, le cuicui des oiseaux n’est pas un si mauvais son et la musique n’est agréable que lorsqu’elle est dosée. Cependant, on ne perd pas les vieilles habitudes et alors que je vis à l’instant mes derniers jours de répit avant l’enfer des transports en commun, la misère d’un vulgaire sous-emploi, une playlist s’impose. Évidemment, si il y avait eu un morceau en particulier susceptible de vous faire fondre, je l’aurais posté aussitôt, ce n’est donc pas du gros niveau de Playlist. Mais, elle n’est pas si mal, les chansons sont assez légères et entrainante, c’est la crise.

LexiconDon December Sunset

  • Encore une des chansons niaises au rythme vaguement électro et garni de cet immuable voix de mauviette qui hulule pour attirer la femelle. Oui, December Sunset c’est tout ça. Mais c’est surtout, un hymne à une jeunesse que l’on voit si vite passé lorsque l’on est en été. On a si souvent l’impression que les années se suivent trop rapidement pour que nous puissions y faire quoi que ce soit. December Sunset, c’est un peu tout ça à la fois.

Cut Copy Where I’m Going

  • Pour être honnête avec vous, je n’ai jamais aimé Cut Copy, pourtant ils n’ont rien fait de mal. Cependant, Where I’m Going m’a pris dans son élan. Certainement, ce faux air de Beach Boys/Beatles qui me fait sentir en été. Rien que pour ça +1 pour Cut Copy.

The Knocks Make It Better

  • Sans aucune prétention Make It Better, nous donne un petit bout de rêve. Comme une pub pour Marmara, où de beaux jeunes gens boivent un coktail sur leur planche de surf avec un de ces sourire ravageurs qui leur ont permis d’avoir ce poste (en partie). Ca me donne envie de plonger dans ma piscine privée tiens!

Beach FossilsThe Horse

  • Vous aurez remarqué que Beach Fossils s’articule à merveille avec leur reste de l’actualité musicale. Vous savez ces voix lointaines, ce son un peu saturé. Je vous avouerais que je n’en suis pas fan mais The Horse possède, ce petit truc en plus, dans ces arrangements, dans ces paroles…allez savoir. Quoi qu’il en soit, le charme opère.

Cosmetics Sleepwalking

  • J’avoue que ca ressemble vraiment beaucoup à Favourite Things de The Golden Filtre. Cependant, je crois que c’est plutôt encourageant que navrant. Couvert de subtiles sons électroniques, la petite voix sexy se fraye un chemin jusqu’à votre centre à dopamine. Pas extraordinaire mais horriblement addictive, Sleepwalking ravira vos cages à miel.

Jace EverettBad Things

  • Le générique est certainement la seule chose appréciable de True Blood, je me demande encore comment Alan Ball a pu faire naitre une aussi piètre série. Ce se veut sanglant et sexy, mais tout ceci n’est qu’un twilight pour adulte. M’enfin, le générique reste malgré tout, terriblement bon.

Un mois avant Rock En Seine

28 Juil

Encore un mois. Un tout petit mois seulement.

C’est au Parc de Saint-Cloud, du 27 au 29aout que nous aurons le plaisir d’assister à Rock En Seine 2010! Rock En Seine, c’est un peu comme chez nous. Pas besoin d’aller à l’autre bout de la France pour avoir un festival. Certes, on est pas encore à Glasto mais mine de rien RES, a une certaine classe. Car, malgré un tarif toujours un peu trop élevé, ce festival offre tous les ans une bonne programmation mêlant bleus et vétérans du rock. Il y a quelques semaines déjà, les horaires ont été annoncé. Et bien sur, comme chaque année, c’est le drame. Voici quelques pistes, faites en ce qui bon vous semble, pour moi c’est tout tracé :

Vendredi : Si comme moi, vous avez été horrifié par l’album de Kele, vous resterait certainement sur la scène Cascade (moyenne) pour l’enchainement Band Of Horses/Foals. Bien sur, les Foals sont obligatoires, pas besoin de vous le rappelez. Les plus courageux resteront pour les Kooks, certainement ceux qui ne voudraient pas louper les Black Rebel Motocycle Club. D’autres préférons par curiosité ou en bons auditeurs voir les Cypress Hill. Pour finir, les grands enfants s’attarderont certainement sur Blink 182, trace indélébile de leur enfance torturée.

Samedi : Les choses se compliquent! Le mieux est de commencer par Chew Lips pas trop de risque de se détruire les oreilles. Les nostalgiques d’Oasis(oupas) ne manqueront pas Stereophonics. Puis vous vous remonterez le moral avec Two Door Cinema Club. A partir de là votre cœur est déchiré : rester pour Jonsi (qui en pleine journée risque de ramer un peu) ou commencer à se frayer un chemin pour les Queens Of The Stone Age? Sans compter sur les Naive New Beaters sur la petite scène! Si jamais vous avez choisis Jonsi, vous courez voir un bout des QOTSA…mais au beau-fixe, vous voyez l’heure des LCD Soundsystem arriver! Vous avez craqué. Car en fin de compte, vous n’aimiez pas tant que ça les QOTSA, du coup LCD SS c’était génial comme d’habitude MAIS LE CONCERT A PEINE TERMINE, vous repartez en courant vers la grande scène pour ne pas louper Massive Attack. A la fin du set, vous êtes exténués. Deux options vous sont proposées : rentrer chez vous ou finir votre journée avec les 2 Many DJ’s. A voir.

Dimanche : Vous avez bien le temps de dormir, car les choses intéressantes commencent tard aujourd’hui. (Bien que certains, voudront voir les Eels). Le gros noyau étant Beirut (bien que mortellement ennuyeux), The Ting Tings (bien que mortellement criard) et bien entendu les Arcade Fire qui refermeront le rideau de Rock En Seine avec, je n’en doute pas, la magie qui les caracterise.

The Suburbs

25 Juil

Je vous avouerais que pour l’instant, je ne suis pas totalement convaincue. Bien sur, il me faudra bien plus l’écouter pour donner un quelconque avis mais The Suburbs a du mal à défoncer bien qu’il soit composé d’excellents éléments. Je ne le comprends tout simplement pas : Pourquoi est-ce si long? Pourquoi malgré toutes ces belles chansons l’album ne fonctionne-t-il pas? Pourquoi? Bon et bien, je ne sais pas…

ICI >>> http://voluume.fr/?p=7287

Arcade FireWe Used To Wait

Arcade FireSprawl II (Mountains Beyond Mountains)

Flaws

19 Juil

J’ai finis par écouter le nouvel album des Bombay Bicycle Club. Finalement, je crois qu’il n’est pas si changeant que ça. Sous ses faux-airs de Pop/folk décontractée (on a tous sentit le Devendra latent sur My God) les mêmes forces et les mêmes faiblesses persistent encore et toujours. Bizarrement, je crois que c’est ce coté imparfait qui fait tout leur charme de BBC. « Flaws » se déroule avec facilité, les mélodies sont douces et efficaces, la voix posée, la guitare acoustique en main…Mais Sufjan sort de ce corps (Many Ways)! Certains pourrait être déçue de la tournure que prennent ces jeunes garçons mais je pense sincèrement qu’ils ont choisis la bonne voie. On sentait déjà  sur »I Had The Blues But I Shook Them Loose« , une certaine limite de leur pop électrique ; certainement, on-t-il besoin de temps avant de pouvoir produire quelques chose aussi flamboyant que leur premiers EP. Mais en fin de compte, je pense que c’est l’un des seuls jeunes groupes à avoir saisi leur limite et agi en conséquence. Tout doucement, les BBC  délimitent leur univers, posent des marques et aménage leur espace.  Il est vrai que « Flaws » reste un peu léger, mais qu’importe, ce n’est qu’un début : ces gars là ont toute ma confiance.

Bombay Bicycle ClubIvy & Gold

Bombay Bicycle ClubLeaving Blues

Bonus: Bombay Bicycle ClubSixteen
Incontournable.

Video:

Flaws

[Youtube=http://www.youtube.com/watch?v=W5LG1ZMIu6M]

Rinse Me Down

[Youtube=http://www.youtube.com/watch?v=P6D3aexEZIs]

Ivy & Gold

[Youtube=http://www.youtube.com/watch?v=WK2fWmsBUzk]

Fingerprints

9 Juil

Cela fait un petit moment que j’écoute le nouvel album des I Am Kloot, « Sky At Night« . Pour un quatrième (ou plutôt 5eme mais bon) album, les I Am Kloot, nous servent leur éternel recette. On aurait pu penser qu’après toutes ces années, cela nous lasserait, pourtant non. Cet album est un miracle, une douceur dans ce monde de brutes. Il n’est absolument pas parfait, d’ailleurs entre quelques honteuses « références reproduites », quelques longueurs se sont infiltrés par ci par là. Mais qu’importe, je reste subjuguée par cette voix, cette simplicité. Bref c’est magnifique comme toujours.

I Am KlootFingerprints

Ready To Start

7 Juil

Plus le temps passe, plus je me dis que la musique ne fut qu’un long délire d’adolescente en mal de sensation forte car au bout de ces 3/4 ans de passion, de dévouement aveugle, je me rends compte que je suis arrivée à saturation. J’en ai marre de toutes ces musiques qui en réalité ne servent à rien, de tous ces remix tous aussi ignobles les uns que les autres qui sous prétexte d’un  auteur connu sont considéré comme du « bon son ». Bizarrement, je crois que c’est l’enchainement récent  de deux concerts qui m’a fait réalisé dans quel merdier je me trouvais.

Dead Weather @Batalcan 30 juin. La chaleur du Bataclan est tout simplement insupportable, ma grippe n’arrange rien (si vous êtes contaminé c’est moi.). La première partie Cavaliers, bien que supportable, s’éternise tandis que notre seuil de tolérance est réduit à zéro par ce climat tropical. Heureusement, les Dead Weather ne tardent pas à arriver. Le décor-oeil bleu un peu Neverwinter Night (Noté la brillante référence)- est installé, les Dead Weather s’installent. On remarquera vite que le public est largement composé d’hommes…de grands hommes et tous au premier rang. Du coup, c’est un peu la guerre pour trouver un angle de vue acceptable. Après quelques rebondissements, le public se calme et tout devient mou. Je me rend compte que mise à part You Just Can’t Win (complètement remodelé pour l’occasion) et The Difference Between Us, le concert des Dead Weather sonne incroyablement creux. Moi, qui avait tant adoré leur deux albums, je suis alors forcée de constater que ce ne fut qu’une façade. VV sur-joue un peu moins que pour les Kills (étrangement) mais reste très peu crédible. Jack White, toujours un peu pète gueule, réjouira toujours les fans par sa seule présence (compris moi). Jack Lawrence, toujours aussi efficace mais totalement discrédité par cette saleté de moustache. Puis, au final, ce n’est que Dean Fertita, qui était la grande inconnue pour moi, qui marquera vraiment ce concert. Au final, j’en sors deux fois plus malade, déçue, trahis, suante, faible… Malgré quelques bons moments indéniables, je ne peux qu’être en colère et me demander : à quand le prochain White Stripes?!

Arcade Fire @ Casino de Paris 5 juillet. Quand on a autant écouté un groupe, qui plus est à une période difficile de sa vie (sortez les violons), on ne peut qu’imaginer leur concert comme la fin de sa vie. J’ai éloigné cette idée du mieux que j’ai pu, car pire que d’être blasé, être déçu par les Arcade Fire serait, en effet, la fin de ma vie. C’est avec un flegme irréprochable que j’arrive au Casino de Paris, dans les 19h. Il y a déjà pas mal de monde et les gens ayant des pré-ventes m’ont l’air de bien galérer. mais vu que ce n’est pas mon cas, je rentre, m’insère dans la fosse au 10eme rang par là, à droite. Il faudra toutefois attendre 20h30 pour que les lumières s’éteignent et que la troupe des Arcade Fire arrivent enfin. Ils entament Ready To Start et l’on sent déjà leur énergie légendaire propulsée à travers un public chaud bouillant. S’en suivront une autre nouvelle puis le combo imbattable Laïka/No Cars Go/Haïti. J’ai un peu de mal à me mettre vraiment en condition mais les Arcade Fire, ne laisse personne indifférent et malgré ma réticence d’être blasé, je ne peux pas résister longtemps. Les nouveaux titres passent superbement bien et promettent un excellent album (je pense surtout à Ready To Start, Used To Wait, The Suburbs…enfin toutes je crois). Je l’avoue, je n’ai pas été éblouie par ce concert ; je n’aurais pas pu de toute manière avec toutes les espérances que j’avais en eux. Ce fut pourtant un excellent concert qu’aura donné les Arcade Fire ce soir là. Digne de leur réputation.

Loin de moi l’idée de comparer ces deux groupes, j’ai pu néanmoins me rendre compte que je faisais fausse route. J’ai longtemps été embarqué dans toutes sortes de mouvements musicales (et je continuerais certainement), en trouvant un petit truc à aimer, même si c’est souvent ridicule. J’en ai un peu marre, ce dont j’ai envie c’est de me gaver de Arcade Fire toute la journée, écouter quelque chose d’agréable et construit, quelque chose qui me parle. Un jour, j’y arriverais certainement.

——————–

Setlist Dead Weather :

Jawbreaker
60 ft Tall
Hang You From The Heavens
You Just Can’t Win
I Cut Like A Buffalo
So Far From Your Weapon
No Horse
The Difference Between Us
I’m Mad
Hustle And Cuss
Blue Blood Blues
Will There Be Enough Water

Rappel :
Die By The Drop
Treat Me Like Your Mother

Setlist Arcade Fire :

Pour les vidéos c’est ici.

Les photos