Skip The Use (2009)

22 Nov

Cela fait bien longtemps que je ne me suis pas lancée dans une chronique d’album (mise à part sur TRTN, bien que la dernière date maintenant d’un peu trop longtemps). Je reviens donc à vous pour vous faire partager une découverte musicale pour changer! Ces temps-ci, j’avais perdu un peu la fois dans les 1er albums. Ils ne sont souvent pas extraordinaires et comportent bien trop de défaut pour y trouver quelque chose d’agréable. Puis viens à mes oreilles de bloggeuse, « Give Me » de Skip The Use, un tube incontesté. J’écoute alors l’album fraichement sortie et là…le soulagement. ENFIN, un premier album honorable! (ce n’était pas arrivé depuis Naive New Beaters quand même…) Donc voici, tout naturellement cette chronique tant attendue(ou pas)…

[♥♥♥♥♥] Skip The Use – « Skip The Use » (2009)

Malgré un artwork assez regrettable, le son qui se dégage de cet album est tout simplement surprenant. Ce n’est pas révolutionnaire, ni très technique mais diablement efficace. De l’efficacité.Cela fait bien longtemps que je n’avais pas parler d’un album en ces termes. Il faut dire que Bastard Song est une excellente accroche. Le pied bat déjà la mesure alors qu’on arrive à peine au refrain. A partir de là, vous comprenez que cet album sera une compile de tube. Malgré une claire tendance indé, on sent la forte influence punk qui rend les chansons extrêmement puissante et accrocheuse. She’s My Lady pousse le bouchon un peu plus loin, c’est limite mais ça passe encore, certainement grâce à ses percussions très  bien placées. Bullet In My Head, c’est un peu la chanson qui m’a décidé à écrire cette chronique. Elle ne parait pas comme ça, encore une fois, on a l’impression d’écouter du punk mais ce qui fait vraiment peur c’est qu’on aime ça. Les styles sont si proches, au final, que n’importe qui aimant un tant soit peu les tubes ne peux que craquer devant celui ci. Dr House, ou le « You Really Got Me » en pleine face. Je ne vous mentirais pas qu’on a une violente pulsion de rejet au moment même de cette découverte. Puis, la chanson passe et tout semble s’imbriquer parfaitement, le tube se construit tout doucement et procure un bonheur insoupçonné. Puis, suis « Give Me » LE TUBE, incontournable, on ne tape plus du pied, on danse, incontrôlable. Ca se savoure. A partir de là, le disque devient plus familier, on s’habitue au fresque punk de Skip The Use et cela ne nous dérange pratiquement plus. Même Don’t Wanna Be A Star clairement poussif est devenu jouissif. La fin de l’album, c’est tout de même un peu le bazar mais c’est drôlement accrocheur. L’album n’est donc pas parfait vous l’avez bien compris, mais pour un premier album je suis impressionnée! Le rock et le punk ne se sera jamais autant attendu que dans cet album, qui, en plus d’élaborer des tubes, les rend tout à fait cohérents entre eux. Je ne vous mentirez pas, vous allez certainement en entendre parler sur Virgin mais, ma foi, vous avez le privilège d’arrivée avant tout le monde et d’apprécier à sa juste valeur de Skip The Use, un album très très prometteur.

Axeley

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :