Ready To Start

7 Juil

Plus le temps passe, plus je me dis que la musique ne fut qu’un long délire d’adolescente en mal de sensation forte car au bout de ces 3/4 ans de passion, de dévouement aveugle, je me rends compte que je suis arrivée à saturation. J’en ai marre de toutes ces musiques qui en réalité ne servent à rien, de tous ces remix tous aussi ignobles les uns que les autres qui sous prétexte d’un  auteur connu sont considéré comme du « bon son ». Bizarrement, je crois que c’est l’enchainement récent  de deux concerts qui m’a fait réalisé dans quel merdier je me trouvais.

Dead Weather @Batalcan 30 juin. La chaleur du Bataclan est tout simplement insupportable, ma grippe n’arrange rien (si vous êtes contaminé c’est moi.). La première partie Cavaliers, bien que supportable, s’éternise tandis que notre seuil de tolérance est réduit à zéro par ce climat tropical. Heureusement, les Dead Weather ne tardent pas à arriver. Le décor-oeil bleu un peu Neverwinter Night (Noté la brillante référence)- est installé, les Dead Weather s’installent. On remarquera vite que le public est largement composé d’hommes…de grands hommes et tous au premier rang. Du coup, c’est un peu la guerre pour trouver un angle de vue acceptable. Après quelques rebondissements, le public se calme et tout devient mou. Je me rend compte que mise à part You Just Can’t Win (complètement remodelé pour l’occasion) et The Difference Between Us, le concert des Dead Weather sonne incroyablement creux. Moi, qui avait tant adoré leur deux albums, je suis alors forcée de constater que ce ne fut qu’une façade. VV sur-joue un peu moins que pour les Kills (étrangement) mais reste très peu crédible. Jack White, toujours un peu pète gueule, réjouira toujours les fans par sa seule présence (compris moi). Jack Lawrence, toujours aussi efficace mais totalement discrédité par cette saleté de moustache. Puis, au final, ce n’est que Dean Fertita, qui était la grande inconnue pour moi, qui marquera vraiment ce concert. Au final, j’en sors deux fois plus malade, déçue, trahis, suante, faible… Malgré quelques bons moments indéniables, je ne peux qu’être en colère et me demander : à quand le prochain White Stripes?!

Arcade Fire @ Casino de Paris 5 juillet. Quand on a autant écouté un groupe, qui plus est à une période difficile de sa vie (sortez les violons), on ne peut qu’imaginer leur concert comme la fin de sa vie. J’ai éloigné cette idée du mieux que j’ai pu, car pire que d’être blasé, être déçu par les Arcade Fire serait, en effet, la fin de ma vie. C’est avec un flegme irréprochable que j’arrive au Casino de Paris, dans les 19h. Il y a déjà pas mal de monde et les gens ayant des pré-ventes m’ont l’air de bien galérer. mais vu que ce n’est pas mon cas, je rentre, m’insère dans la fosse au 10eme rang par là, à droite. Il faudra toutefois attendre 20h30 pour que les lumières s’éteignent et que la troupe des Arcade Fire arrivent enfin. Ils entament Ready To Start et l’on sent déjà leur énergie légendaire propulsée à travers un public chaud bouillant. S’en suivront une autre nouvelle puis le combo imbattable Laïka/No Cars Go/Haïti. J’ai un peu de mal à me mettre vraiment en condition mais les Arcade Fire, ne laisse personne indifférent et malgré ma réticence d’être blasé, je ne peux pas résister longtemps. Les nouveaux titres passent superbement bien et promettent un excellent album (je pense surtout à Ready To Start, Used To Wait, The Suburbs…enfin toutes je crois). Je l’avoue, je n’ai pas été éblouie par ce concert ; je n’aurais pas pu de toute manière avec toutes les espérances que j’avais en eux. Ce fut pourtant un excellent concert qu’aura donné les Arcade Fire ce soir là. Digne de leur réputation.

Loin de moi l’idée de comparer ces deux groupes, j’ai pu néanmoins me rendre compte que je faisais fausse route. J’ai longtemps été embarqué dans toutes sortes de mouvements musicales (et je continuerais certainement), en trouvant un petit truc à aimer, même si c’est souvent ridicule. J’en ai un peu marre, ce dont j’ai envie c’est de me gaver de Arcade Fire toute la journée, écouter quelque chose d’agréable et construit, quelque chose qui me parle. Un jour, j’y arriverais certainement.

——————–

Setlist Dead Weather :

Jawbreaker
60 ft Tall
Hang You From The Heavens
You Just Can’t Win
I Cut Like A Buffalo
So Far From Your Weapon
No Horse
The Difference Between Us
I’m Mad
Hustle And Cuss
Blue Blood Blues
Will There Be Enough Water

Rappel :
Die By The Drop
Treat Me Like Your Mother

Setlist Arcade Fire :

Pour les vidéos c’est ici.

Les photos

Publicités

2 Réponses to “Ready To Start”

  1. Dance To The Radio juillet 15, 2010 à 5:44 #

    Je commence à voir les concerts d’un oeil un peu plus objectif … Avant, j’étais subjuguée par n’importe quel groupe. Du coup, j’arrive bien à me mettre à ta place en lisant les reviews …
    En tout cas, chapeau pour avoir réussi à tenir un concert avec la grippe !

    PS : J’ai appris un peu par hasard que les BBC sortaient « Flaws », faut dire qu’il n’y a pas eu beaucoup beaucoup de pub.

  2. Axeley juillet 16, 2010 à 10:51 #

    Oui voilà, ca doit être la phase post groupie adolescente, la descente est rude mais je pense qu’au moins on se laisse moins avoir par les supercheries musicales (dit comme ça on dirait qu’il y a un complot international et que je suis fox mulder…mais bon)

    Ps : mais c’est qu’il est superbe en plus! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :